avalanche


avalanche

avalanche [ avalɑ̃ʃ ] n. f.
• 1611; lavanche XVIe; mot savoyard lavantse; bas lat. labina « glissement de terrain », de labi (cf. labile); altér. d'apr. 1. aval
1Masse de neige qui se détache d'une montagne, qui dévale en entraînant des pierres, des boues. Le hameau fut enseveli sous une avalanche. Chien d'avalanche, dressé pour retrouver les personnes enfouies sous une avalanche. Avalanche poudreuse (de neige fraîche), de fond (de neige compacte et humide).Chute de cette masse de neige. Risque d'avalanche. Couloir d'avalanche. Cône d'avalanche : masse de débris transportés par l'avalanche. « Il se sent emporté comme un fétu dans une avalanche » (Martin du Gard). Construction protégeant des avalanches. pare-avalanches.
Par métaph. Tas croulant. « Des avalanches de légumes » (Flaubert).
2Fig. Grande quantité (de choses désagréables qui arrivent). Une avalanche de factures. Une avalanche d'injures, de coups. déluge, pluie. « Pour barrer la route à des avalanches de catastrophes » (Martin du Gard).
3Phys. Multiplication d'ions dans un gaz par collision du premier ion avec des atomes ou molécules neutres. Électron. Augmentation brutale, à partir d'un certain seuil de tension, du courant dans une jonction semi-conductrice.

avalanche nom féminin (dialecte savoyard la lavanche, avec influence de aval, du latin labina, éboulement, de labi, glisser) Chute d'une masse de neige qui se détache de la montagne et dévale sur un versant en direction de la vallée ; cette masse de neige : Une maison ensevelie sous une avalanche. Masse de matières diverses qui tombent, roulent d'un lieu élevé : Une avalanche de pierres. Grande quantité de choses qui arrivent, surviennent en même temps : Une avalanche de catastrophes. Augmentation brutale, à partir d'un certain seuil, du courant dans un système de semi-conducteurs, provoquée par l'ionisation cumulative des atomes du cristal. ● avalanche (synonymes) nom féminin (dialecte savoyard la lavanche, avec influence de aval, du latin labina, éboulement, de labi, glisser) Masse de matières diverses qui tombent, roulent d'un lieu élevé
Synonymes :
- déluge
Grande quantité de choses qui arrivent, surviennent en même temps
Synonymes :
- grêle
- nuée

avalanche
n. f.
d1./d Glissement d'une masse considérable de neige mêlée de terre, de pierres, etc., le long des pentes d'une montagne.
|| Couloir d'avalanche.
d2./d Fig. Grande quantité de. Une avalanche d'injures.

⇒AVALANCHE, subst. fém.
GÉOLOGIE
A.— Chute soudaine et brutale d'une masse de neige qui se détache de la montagne et s'abat sur la vallée.
B.— La neige qui constitue cette masse :
1. On sait en effet qu'une avalanche c'est une pelote de neige qui, venant à se détacher des hauteurs, se grossit des neiges sur lesquelles elle roule, devient en peu d'instants une masse formidable, et, dans sa chute précipitée, brise, renverse, écrase tout sur son passage.
TOEPFFER, Nouvelles genevoises, 1839, p. 449.
2. On préfère le versant nord mieux ensoleillé, les maisons y montent à une altitude plus élevée que sur le côté sud; on bâtit près des sources, à l'abri d'un rideau de forêt protecteur contre les avalanches et les éboulis...
J. BRUNHES, La Géogr. humaine, 1942, p. 75.
SYNT. Avalanche venteuse, compacte ou de fond, sèche, de poudre; couloir, cône, glacier d'avalanche; rouler, tomber en avalanche.
P. ext. Chute d'une grande quantité de pierres dévalant de la montagne :
3. De toutes parts, ruisseaux qui sourdent, torrents qui grondent, avalanches de pierre et de boue à travers la route.
MICHELET, Journal, 1838, p. 283.
P. métaph. :
4. Je reçois tous les matins une avalanche de lettres.
L. HALÉVY, Un Mariage d'amour, 1881, p. 140.
5. ... une avalanche de malheurs ou de maladies se succédant sans interruption dans une famille ne la fera pas douter de la bonté de son Dieu ou du talent de son médecin.
PROUST, Du côté de chez Swann, 1913, p. 148.
6. Jamais, de mémoire de biffins partis au premier jour, et revenus, on ne sait comme, de la Marne et de l'Yser, de l'Artois et de la Champagne, on n'a subi pareille avalanche de fer et de feu.
BORDEAUX, Les Derniers jours du fort de Vaux, 1916, p. 31.
Au fig. [En parlant de l'avance d'une foule, d'une multitude comparable par sa force et par sa violence au déferlement irrésistible de l'avalanche] :
7. ... puis tout à coup, la porte de sa cellule s'ouvrit et il vit une avalanche de prisonniers rouler d'un bout à l'autre du corridor.
A. FRANCE, Les Désirs de Jean Servien, 1882, p. 243.
8. Dans l'escalier (...) les deux femmes furent obligées de se ranger contre le mur, devant une dégringolade, une avalanche de figurants (...) sortant d'une répétition...
E. DE GONCOURT, La Faustin, 1882, p. 30.
PRONONC. ET ORTH. — 1. Forme phon. []. 2. Forme graph. — FÉR. 1768 écrit avalanges qu'il transcrit : ava-lange. Ac. 1798 admet parallèlement comme vedette avalanche ou avalange (cf. aussi LAND. 1834, qui note cependant sa préférence pour la 1re forme). Ac. 1835 signale s.v. avalanche : ,,quelques-uns disent avalange``; cette forme (avec la finale sonore []) est encore mentionnée ds BESCH. 1845 (qui cite également lavange), ds LITTRÉ, s.v. avalanje et Lar. 19e : ,,quelques-uns disent avalange; mais c'est par abus``. Noter que BESCH. et LITTRÉ citent également la forme lavanje (s.v. avalanche).
ÉTYMOL. ET HIST.
A.— a) 1572 lavanche « coulée de neige » (J. PELLETIER DU MANS, La Savoye, p. 238 ds LITTRÉ : Que dirons-nous de la neige qui tombe En un monceau tout le long de la combe? ... Cette lavanche au choir se vient ouvrir Au heurt des rocz et tout le val couvrir), forme encore mentionnée ds LITTRÉ, de même lavange; 1690 avalange, avalanche (FUR.), b) 1611 avallanche « masse de matériau qui se détache d'une hauteur et se précipite vers le bas » (COTGR.), rare, mentionné à nouveau ds LAND. 1834 qui repousse la forme avalange.
B.— 1845 avalanche humaine (BESCH.).
Empr. au terme alpin avalanche 1487, Fribourg (Comptes de l'hôpital, Archives cantonales ds Pat. Suisse rom.) et 1490, id. (Ibid. : Pour decupillie una avalanche que ere chisa en la raye dou mulin), croisement de aval, avaler « descendre » et du terme alpin la lavanche, répandu dans toute la région montagneuse du sud-est de la France, y compris le val d'Aoste (FEW t. 5, p. 101a), cf. a. prov. lavanca « lavange, ravine » XIIe s., P. VIDAL, Cara amiga ds RAYN., t. 4, p. 33a : Non tem folzer ni lavanca; l'orig. de lavanche est obsc. : prob. d'un type lavanca soit entièrement (rad. et suff.) prélatin (BL.-W.5), -anca étant un suff. ligure adopté par le gaulois, fréquent dans la toponymie alpine; soit plus vraisemblablement composé du même suff. accolé par substitution au rad. du lat. labina « éboulement » (ISIDORE, lib., 16 Orig. cap. 1 ds DU CANGE s.v. lavina) lui-même dér. du lat. labi « glisser » (ERN.-MEILLET); en faveur de cette dernière hyp., les formes dauphinoises de type lavino, attestées au sens de « rocher qui s'écroule » (FEW t. 5, p. 101a) dér. directement du lat. labina, v. E. Muret ds B. du gloss. du pat. de la Suisse rom., Lausanne, t. 7, p. 26; moins vraisemblable (FEW t. 5, p. 102a) est l'hyp. d'une orig. germanique attribuée par Hubschmied ds Mél. Duraffour, p. 268, 269 à ce suff. accolé selon lui au même mot lat.
L'hyp. selon laquelle le rad. de lavanche serait constitué par le gaul. lausa « pierre plate, dalle » (v. lozange) présentée par Dauzat ds Fr. mod., t. 6, pp. 105-106, et celle émise par Nigra ds Archivio glottologico italiano, t. 14, p. 284, qui rattache lavanche, avalanche à lave, sont trop insuffisamment étayées pour pouvoir être retenues.
STAT. — Fréq. abs. littér. :326. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 448, b) 571; XXe s. : a) 438, b) 433.
BBG. — BAULIG 1956. — BOUILLET 1859. — BRARD 1838. — Canada 1930. — CHARLES 1960. — CHASS. 1970. — DUVAL 1959. — Électron. 1963-64. — GAUTRAT 1970. — GAUTRAT, Ski 1969. — GEORGE 1970. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — Méd. Biol. t. 1 1970. — Métrol. 1969. — MUSSET-LLORET 1964. — NEYRON 1970. — Nucl. 1964. — PLAIS.-CAILL. 1958. — SIZ. 1968.

avalanche [avalɑ̃ʃ] n. f.
ÉTYM. 1611; lavanche, XVIe; mot savoyard lavantse; du bas lat. labina « glissement de terrain », de labi (→ Labile); altér. d'après aval.
1 Masse de neige qui se détache d'une montagne, qui dévale en entraînant des pierres, des boues. || Le hameau fut enseveli sous une avalanche.Chien d'avalanche, dressé pour retrouver les personnes enfouies sous une avalanche.
1 Soudain l'avalanche sauvage
Roule et l'entraîne dans son sein.
Millevoye, la Fleur du souvenir.
Chute de cette masse de neige. || Risque d'avalanche. || Couloir, cône d'avalanche (→ ci-dessous, cit. 7.2). || Site favorable aux avalanches; zone d'avalanches. || L'avalanche a emporté une cordée d'alpinistes. || Déclencher des avalanches. || Prévention des avalanches.
1.1 À mi-chemin, nous rencontrons des touristes qui redescendent. Une avalanche, mais véritable celle-ci, croule avec un bruit majestueux le long des rochers qui supportent le glacier des Bois, et les traînards d'accourir. On leur montre la place où elle a eu lieu, mais c'est l'avalanche qu'ils voulaient voir.
Rodolphe Töpffer, Voyages en zigzags, Chamonix (1840), 4e journée, p. 213.
2 Il neigeait. L'âpre hiver fondait en avalanche.
Hugo, les Châtiments, V, 13.
3 Les empires ont leurs crises comme les montagnes ont leur hiver. Une parole dite trop haut y produit une avalanche.
Hugo, Littérature et Philosophie mêlées, p. 56.
4 Ainsi donc les avalanches se font quelquefois au moyen d'un caillou gros comme le bout du doigt.
A. de Musset, Lorenzaccio, III, 2.
5 Avalanche, veux-tu m'emporter dans ta chute ?
Baudelaire, les Fleurs du mal, LXXX.
6 Il se sent emporté comme un fétu dans une avalanche; impossible de s'accrocher à rien; tout a chaviré, tout sombre avec lui (…)
Martin du Gard, les Thibault, VI, 1.
7 Nous ignorons presque toujours les infiniment petits qui sont à l'origine de nos actions; c'est toujours l'exemple de l'avalanche, que déclenche au début la moindre pierre.
Edmond Jaloux, l'Alcyone, 29.
7.1 Dans l'Isère, la nouvelle de cette effroyable avalanche, l'irruption de la neige dans une salle à manger pleine de jeunes gens qui déjeunaient gaiement. La masse blanche d'une force irrésistible a balayé la maison et pulvérisé des voitures.
J. Green, Journal, 16 févr. 1970, Ce qui reste du jour.
7.2 Les avalanches suivent, généralement, sur les flancs des montagnes, les mêmes parcours, auxquels on a donné le nom de « couloirs d'avalanches ». Certains massifs présentent un grand nombre de ces couloirs; après les grands éboulements, il se forme à leur base des amoncellements qu'on nomme cônes d'avalanches.
Roger Simonet, le Froid, p. 22.
2 Fig. || Avalanche de… : grande quantité de (choses désagréables et arrivant rapidement). || Une avalanche d'injures, de coups, de catastrophes. Pluie; averse, déluge.
8 Une pluie, un déluge, une avalanche se disent de choses qui semblent tomber (…)
F. Brunot, la Pensée et la Langue, p. 115.
9 Sur sa tête à demi vénérable déjà, d'antiques cartons, arrachés violemment à l'étreinte de leurs alvéoles, s'ouvraient, lâchant des avalanches de paperasses qui se répandaient par le vide (…)
Courteline, Messieurs les ronds de cuir, I, 3.
Grande quantité.
10 (…) il rêvait au bord de la fosse, apercevant dans l'avenir des montagnes de fruits, des débordements de fleurs, des avalanches de légumes.
Flaubert, Bouvard et Pécuchet, II.
DÉR. Avalancher, avalancheux.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Avalanche — (franz. und engl. für „Lawine)“ bezeichnet Lawinendurchbruch, Begriff aus der Festkörperphysik Avalanche (P2P), Peer2Peer Protokoll von Microsoft ein elektronisches Bauelement, siehe Avalanche Diode Chevrolet Avalanche, Pickup Pkw Avalanche… …   Deutsch Wikipedia

  • Avalanche — Saltar a navegación, búsqueda Para la banda noruega de los años 80, véase Avalanche (banda). Avalanche Publicación Marvel Comics Primera aparición Uncanny X Men #141 (Enero 1981) Creador(es) Chris Claremont y John Byrne …   Wikipedia Español

  • avalanche — s. f. 1. Grande quantidade de neve que se desprende e precipita pela encosta das montanhas (ex.: a avalanche provocou uma dezena de feridos). = ALUDE 2.  [Figurado] Queda ruidosa de algo. 3.  [Figurado] Qualquer coisa que invade ou avança súbita… …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • Avalanche — Av a*lanche (?; 277), n. [F. avalanche, fr. avaler to descend, to let down, from aval down, downward; ? (L. ad) + val, L. vallis, valley. See {Valley}.] 1. A large mass or body of snow and ice sliding swiftly down a mountain side, or falling down …   The Collaborative International Dictionary of English

  • avalanche — (n.) 1763, from Fr. avalanche (17c.), from Romansch (Swiss) avalantze descent, altered (by metathesis of l and v , probably influenced by O.Fr. avaler to descend, go down ) from Savoy dialect lavantse, from Prov. lavanca avalanche, perhaps from a …   Etymology dictionary

  • avalanche — [av′ə lanch΄] n. [Fr (altered after avaler, to descend) < lavanche < Prov lavanca < * lavenca, prob. a pre Roman word in a non IE language of N Italy] 1. a mass of loosened snow, earth, rocks, etc. suddenly and swiftly sliding down a… …   English World dictionary

  • avalanche — index cataclysm, overage, surfeit Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • Avalanche —    Drame de Corey Allen, avec Rock Hudson, Mia Farrow, Robert Forster, Rick Moses.   Pays: États Unis   Date de sortie: 1978   Technique: couleurs   Durée: 1 h 30    Résumé    Un complexe immobilier du Colorado, construit dans une zone… …   Dictionnaire mondial des Films

  • avalanche — [n] falling large mass; sudden rush of large quantity barrage, deluge, flood, inundation, landslide, landslip, snowslide, torrent; concepts 509,524,787 …   New thesaurus

  • avalanche — ► NOUN 1) a mass of snow and ice falling rapidly down a mountainside. 2) an overwhelming deluge. ORIGIN French …   English terms dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.